Gestion de vos alertes

!

Partager
Devise:
French Arabic English Russian Spanish

Mr Amyn Alami, président de la SAEMOG (Société d?Aménagement Essaouira Mogador), l?un des projets phares du plan Azur, a annoncé voici quelques mois que la nouvelle station, inscrite dans le vaste projet de relance du tourisme national à l?horizon 2010, comportera trois d?hôtels très haut de gamme, des résidences hôtelières, des hôtels de charme, un village avec appartements, commerces de proximité, restaurants, artisans, 3 golfs, des villas de haut standing au design contemporain réparties sur l?ensemble du domaine sous forme de hameaux.

La station, qui a mobilisé pour la première phase, déjà bien avancée, le montant de 3 milliards de dirhams, sera inaugurée fin 2010. Les enjeux touristiques, selon lui, sont immenses et prometteurs. Outre le site, une activité multiforme y sera déployée avec, à la clé, un tourisme intelligent, la nature et la culture. Le nouveau cadre sera, également, une station technologique connectée au monde. Il s?est attaché à trouver des solutions pour protéger et respecter l?environnement de ce site tout en permettant le développement touristique que promet cette station.

Développement qui doit avant tout profiter à la population souirie grâce à la formation des plus jeunes et la création de plusieurs milliers d?emplois.

La préservation de l?environnement de la station touristique semble avoir été le souci majeur du projet : pas une dune ne sera abîmée, très peu d?arbres coupés et plus de mille arbres seront plantés (cette opération est déjà commencé).

Alors que les équipes techniques relevaient le terrain aux fins d?implanter les golfs, des difficultés ont dû être prises en considération : celles liées à la topographie du site et à l?existence de zones sensibles, qu?elles soient unies ou couvertes de végétation à préserver. Il était apparu nécessaire de tenir compte des spécificités du terrain concerné par cette implantation sans nuire à la qualité de l?environnement. C?est ce qui a amené à revoir fondamentalement la première phase du projet et à solliciter une extension de l?assiette foncière.

L?idée maîtresse de ce projet est avant tout de protéger ce site exceptionnel, le repecter et l?enrichir. Ainsi, cetaines des villas prévues dans le premier hameau (qui sera bientôt commercialisé) ont dû être revues par l?architecte afin d?éviter l?abattage des arbres de plus de 2 mètres et adapter ses plans à la végétation de la parcelle de terrain plutôt que raser le terrain pour réaliser les villas telles qu?elles étaient prévues sur le papier. Afin d?enrichir encore la nature de ce site déjà très boisé, une pépinière a été créée sur le domaine, à la sortie d?Essaouira pour adapter les plans les plus importants (araucarias, palmiers, orangers, cyprès, oliviers?) au climat souiri avant leur transplantation et produire 100 000 arbustes par an destinés eux aussi au site. L?ensemencement devrait s?effectuer entre le mois d?avril et le mois d?octobre, période la plus propice.

La deuxième idée majeure du projet a été, contrairement à de nombreux autres projets, d?aménager les site puis de construire après les différents bâtiments pour qu?à l?ouverture tout soit à sa place sans que nul se puisse dire « demain les arbres repousseront ». L?implantation des différentes villas ou hôtels a été faite selon l?existant en capital nature, pour le mettre en valeur et ne pas lui nuire.

Soucieux de réaliser un programme de qualité, plusieurs architectes renommés ont eu la charge de la conception des plans de villas et d?hôtels, avec la contrainte de respecter un caheir des charges urbanistiques précis respectant le site existant afin de donner une excellente image de la station, critère essentiel de réussite.

Pour les regards extérieurs, et de l?avis de la majorité des souiris, le projet des 3 golfs situés sur les terres du village de Diabet, est en retard sur les délais prévus : il n?en est rien. Du village rien ou peu n?apparaît, néanmoins, une fois sur le site, c?est tout autre chose qui est donné à voir. Les 2 parcours de 18 trous sont déjà tracés en suivant les zones de dunes et d?arbre existant, une bonne partie ensemencée et quelques trous déjà verts. Ces terrains de jeu ont été conçus pour minimiser les quantités d?eau nécesaire au maintien d?un parcours de qualité et leur particularité réside dans leur adaptation à la topographie du site. Ainsi, dunes, sable, petits végétaux en massif croisent les fairways.

Les 13 kilomètres de sentiers piétons, véritables parcours de promenade à pied ou à vélo, passent de bosquet en bosquet en offrant toujours une vue nouvelle d?Essaouira, de la mer ou des dunes. Le revêtement de ces sentiers est fait dans un matériau respectueux de l?environnement qui contient de la poudre de verre, verre non recyclables jusqu?à cette utilisation.

Les sept lacs artificiels, arborés sur leurs berges, sont déjà le rufuge de milliers de goélands (appelés aussi mouettes locales par certains) et d?autres espèces d?oiseaux qui nichaient auparavant dans les parages.

L?eau, d?ores et déjà utilisée sur les golfs, provient de la station d?épuration située au Nord de la ville près de la plage de Safi. L?eau potable de la ville n?est pas utilisée, ce sont les eaux usées qui sont retraitées, et, de ce fait et contrairement aux bruits qui circulent, le manque d?eau de la ville d?Essaouira, n?aurait jamais été causé par les golfs.

Pour les acteurs du projet, plus qu?une station, Essaouira-Mogador sera le carrefour de rencontres et d?échanges. A trois heures des capitales européennes, la ville et sa région offrent un climat tempéré toute l?année, idyllique pour les golfeurs l?hiver quand là-bas, la météo est trop rude et qu?ici les Alizés ne soufflent plus et le soleil brille.

« Au bord de l?Atlantique, face à la médina, la station Mogador promet à la fois l?aventure et le rêve en toute sécurité. On pourra y golfer, y surfer, chasser et pêcher. La station offre un style d?aménagement de qualité par les espaces et l?environnement, dans le respect de la tradition et de l?art de vivre souiri. Hôtels, ryads, villas, académie et practice de golf sont implantés le long de deux parcours de golf exceptionnels »



             

Le Plan Azur en chiffres

  •  2 Phases représentant 580 ha :
    Phase 1 = 320 ha ? Phase 2 = 620 ha. La première phase devrait être terminée en avril, soit 320 ha en VRD (Voirie et réseaux divers). A noter : pas de larges voies de circulation, pas de trottoires pour garder un caractère naturel. Environ 15 Km de voirie déjà prête sur la phase 1.
  •  Ouverture : 9 trous d?ici Juillet, 18 trous d?ici Décembre 08 / Janvier 09. Le deuxième parcours serait ouvert fin 2009. Ouverture officielle fin 2010 de la station avec hôtels et villas. Le projet, prévu pour la fin de l?année 2011 présente une avance d?un an.
  • Sur 80 000 habitants, Essaouira comprend environ 20 000 actifs actullement :  prévision de 5 000 emplois direct et 20 000 emplois indirects supplémentaires sur ce projet (phase 1 et 2).

  • Zones d?habitations de la phase 1 : 25 à 30 villas par quartiers au nombre de 8 ou 9. Le début des ventes interviendrait prochainement. 

 
                                                                                  Source : Le GUIDO ( Magazine d?Essaouira)