Gestion de vos alertes

!

Partager
Devise:
French Arabic English Russian Spanish
Regardez: les Fran?ais sont partout" Contournant la l?gendaire place Jemaa el Fnaa, ses gargotes, ses musiciens et ses charmeurs de serpents, Targui, 47 ans, chauffeur de taxi, est "plut?t content" de l'engouement des Fran?ais pour Marrakech, nouvelle destination phare du tourisme marocain.

"Du moment qu'il ne deviennent pas chauffeur de taxi, pour moi, c'est tr?s bien, mais attention: il ne faut pas qu'ils fassent comme les Kabyles ? Paris en prenant tous les caf?s et restaurants", ironise le chauffeur en klaxonnant pour se frayer un chemin au milieu des cort?ges de touristes.

Alors que le Maroc ambitionne d'accueillir 10 millions de touristes ?trangers d'ici 2010 (contre 3,7 en 2004), Marrakech se d?eloppe ? un rythme qui confine ? la fr?n?sie.

En 2004, quelque 600.000 touristes fran?ais ont s?journ? ? Marrakech, en augmentation de 18% par rapport ? 2003.

La ville ocre, ancienne capitale de l'empire ch?rifien, est un gigantesque chantier. La majestueuse "avenue de France", r?cemment rebaptis?e "boulevard Mohammed VI", a ?t? prolong?e sur plus de six kilom?res pour offrir une perspective spectaculaire, bord?e de palmiers, sur les massifs enneig?s de l'Atlas.

Partout, des grues, des b??onneuses et des milliers d'ouvriers s'activent, y compris le dimanche, pour construire de nouveaux complexes rsidentiels ou faire pousser des immeubles gr?ce ? la r?cente modification du plan d'occupation des sols du centre-ville.

Apr?s la Palmeraie, les villas datant du protectorat ou celles d?volues aux officiers des Forces arm?es royales au milieu des ann?es 70, les promoteurs sp?culateurs menacent m?me de d?truire les symboles architecturaux de la ville comme le march? de Gu?liz. Au risque de "tuer l'?me de Marrakech", selon les signataires d'une p?tition adress?e au maire, Omar Jazouli.

Avec 30% d'augmentation par an depuis 2001, le march? est tr?s tendu, "mais il reste encore de belles opportunit?s", selon Vincent Benvenuti, directeur de l'agence "Jema? el Fnaa-Immobilier".

La traditionnelle client?le "jet-set" internationale, retranch?e dans les suites du palace de la Mamounia ou dans de luxueux "ryads" (palais) de la M?dina (vieille ville), doit d?sormais cohabiter avec des ressortissants fran?ais venus tenter leur chance dans une ville ? moins de trois heures d'avion de l'Hexagone. Une fiscalit? particuli?rement attrayante (jusqu'? 80% d'abattement des revenus imposables) attire par ailleurs depuis peu les retrait?s qui n'ont ni le go?t ni les moyens de couler leurs vieux jours sur la C?te d'Azur.

La lib?ralisation en 2004 du ciel marocain, venue mettre un terme au monopole historique de la Royal Air Maroc et d'Air France, place d?sormais Marrakech, son soleil hivernal, son artisanat et l'hospitalit? l?gendaire de ses habitants ? moins de 250 euros aller-retour de Paris, Lyon, Marseille, Toulouse ou Bordeaux.

L'h?tellerie, ? travers les "maisons d'h?es", et la restauration sont les deux principaux secteurs d'activit?s des Fran?ais r?cemment install?s ? Marrakech, o? fleurissent des enseignes de "cuisine proven?ale", de "sp?cialit?s du Sud-Ouest" mais aussi de "cr?pes bretonnes" ou de "boulangerie artisanale"...

Quelque 3.500 Fran?ais, sur un total de 26.000 immatricul?s au Maroc, r?sident officiellement ? Marrakech, soit une augmentation de plus de 30% depuis 2001. Le groupe scolaire fran?ais Victor Hugo/Auguste Renoir, o? sont scolaris?s quelque 1.400 ?l?ves, fran?ais ou marocains, tourne en sur-r?gime.

Cette "d?ferlante gauloise", selon l'expression d'un restaurateur bordelais, se passe sans incidents notables. Seulement deux Fran?ais sont actuellement d?tenus ? Marrakech et un seul homicide a ?t? signal? en 2004.

"Je suis un consul heureux", a r?sum? ? l'Associated Press le consul g?n?ral de France, Bernard Giulieri.